You are currently viewing Selon une étude, les confinements liés au Covid-19 ont élargi les habitats

Selon une étude, les confinements liés au Covid-19 ont élargi les habitats

  • Post author:
  • Post category:Général

En plus d’avoir profité aux pratiques de lutte contre la Covid-19, les confinements ont également contribué à modifier les habitats des oiseaux, selon une nouvelle étude de l’Université du Manitoba. Selon l’article, entre mars et mai 2020, diverses espèces animales sont devenues plus abondantes dans les zones urbaines, où elles étaient rarement vues dans des conditions normales.

A voir aussi : Comment préparer des pommes de terre rôties en forme de cœur

Selon Michael Schrimpf, biologiste et l’un des auteurs de l’étude, la réduction du trafic humain a provoqué le vidage rapide des zones urbaines densément occupées, ce qui a permis à environ 80 % des espèces d’oiseaux communes aux environnements urbains de modifier leurs habitats.

Lisez aussi

En parallèle : Comment enlever une tache du métal

Des oiseaux comme l’aigle à tête blanche, qui évitent normalement les humains, ont été vus plus fréquemment en milieu urbain, grâce aux confinements contre le Covid-19, observés dans plusieurs pays (Image : Butler Stock Photography/Shutterstock)

Selon la documentation, qui a comparé le premier trimestre de la pandémie – où les restrictions étaient plus lourdes – avec la même période en 2019 et 2018, concluant que des oiseaux comme les pygargues à tête blanche étaient 17% de plus observés dans les villes où la circulation automobile était réduite en raison des confinements. Dans le même temps, les colibris à cou rouge étaient 10 % plus présents dans les aéroports. Les deux cas signifient que les animaux ont élargi leur habitat afin de profiter de l’absence de l’homme.

« Il s’agit de changements très, très importants », a déclaré Nicola Koper, biologiste spécialisée dans la conservation des animaux à l’université, et co-auteur de l’étude. « Ce sont probablement les impacts les plus importants que j’ai jamais vus. »

Afin d’éviter les erreurs statistiques, les travaux des chercheurs ont été très détaillés, notamment en ce qui concerne l’élimination d’éventuels biais et interférences. Par exemple, l’étude a complètement ignoré les données des observateurs amateurs et a également ignoré les cas où les oiseaux n’étaient plus reconnus que par leurs chants, car ils n’avaient pas à rivaliser avec les moteurs de voitures ou les bruits de la ville.

L’étude montre que les espèces migratrices ont été les plus profitées. En effet, en l’absence de l’élément humain à proximité, les oiseaux qui font des cycles de grands voyages ont commencé à compter sur plus de « haltes de repos » – ce qui est important pour eux.

Dans certains cas, des changements de comportement curieux ont également été observés : les myotos jamaïcains (également connus sous le nom de « fauves à queue rousse ») étaient peu observés dans les nids à proximité des zones urbaines, mais ils étaient souvent trouvés près des autoroutes. Avec les confinements, la situation s’est inversée : les oiseaux ont construit plus de nids dans les villes et abandonné les routes – probablement parce que l’absence de voitures a entraîné moins d’accidents avec des animaux morts et, par conséquent, moins de nourriture pour les Les en réduisant le bruit, en réduisant les interactions nocives avec les humains (impacts sur les voitures, les vitres en verre, etc.) ou s’il y a des facteurs qu’ils n’ont pas encore pu voir. Les auteurs promettent d’élargir les recherches pour le découvrir, ainsi que de déterminer l’impact du retour des confinements sur les populations d’oiseaux qui en ont bénéficié.